Mirror Lake sur la côte ouest de la Nouvelle Zélande

Nouvelle-Zélande : la côte ouest de l’île du sud, un incontournable

La côte ouest de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande est un lieu de contraste atypique où les Alpes enneigées rencontrent les eaux sauvages de la mer de Tasmanie. S’y trouvent également d’immenses glaciers et de formidables formations géologiques qui en font un lieu unique. A découvrir absolument.

Localisation : Ile du Sud

Pourquoi cette côte est-elle si spéciale ? A n’en point douter, en raison de la beauté sauvage de ce coin de bout du monde. L’île dévoile de fantastiques mélanges de montagnes et de côtes rocheuses où cohabitent d’énormes glaciers et des eaux de couleurs vives. La côte ouest offre la possibilité de faire de la randonnée et partir en excursion, dans un environnement naturel presque encore intact (moins de 1% de la population de Nouvelle-Zélande, pour 9% de sa superficie ; soit un peu moins de 400 kilomètres de long).

Les Pancakes Rocks en Nouvelle-Zélande

Les Pancakes Rocks

Fox Glacier et Franz Josef

Lorsque l’on parle de la côte ouest , la première chose à mentionner serait sans doute les fameux glaciers Fox Glacier et Franz Josef, uniques au monde, situés au sein de Te Wähipounamu et classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Formés il y a 10 000 ans environs, ces rivières glaciaires massives donnent l’impression que l’ère glaciaire est toujours en cours (même si la fonte se fait de plus en plus visible). Ces deux éléments plongent dans la forêt tropicale environnante presque au niveau de la mer, une vraie exception ! Cette altitude plus basse contribue à l’accessibilité des lieux et rend les températures des visiteurs beaucoup plus supportables comparées aux nombreux sites glaciaires à travers le monde.

Il existe plusieurs itinéraires d’excursion jusqu’à Fox Glacier offrant un moment de découverte unique aux visiteurs. Pour ceux qui désirent observer les glaciers avec une meilleure vue (et qui ont aussi un peu plus de moyens), une excursion en hélicoptère est également possible.

S’il s’agit de l’une des plus routes du monde à emprunter en voiture, marcher et faire de la randonnée sont généralement les deux meilleures méthodes pour effectuer l’itinéraire. La région offre un nombre incalculable de parcours de petite ou longue durée allant de dix minutes à plusieurs jours. De quoi entamer des aventures épiques.

Heapy Track et Rob Roy Glacier track pour les randonneurs

Que dire d’Heaphy Track… Cette randonnée comprend un voyage complet (5 à 6 jours), combinant un environnement montagneux spectaculaire et une côte palmée tout aussi impressionnante. Mais si vous le désirez, il est également possible de ne faire qu’une promenade afin d’admirer la beauté du parc national de Kahurangi. Pour les plus férus de marche, intéressez-vous également à Rob Roy Glacier Track.

Pancake Rocks

Vous pourrez ensuite vous plonger dans la magnifique forêt tropicale : les eaux merveilleuses de la rivière Haast, en font une expérience idéale pour la navigation de plaisance. Parmi les multiples activités, citons la possibilité de vivre un instant mémorable auprès des phoques à fourrure, au nord du cap Foulwind. Ou bien encore, flâner à Oparara bassin, Okarito Lagoon et vous aérer l’esprit à Punakaiki (plus connu sous le nom de Pancake Rocks).

Les magnifiques gorges de Hokitika

L’art et l’artisanat jouent également un rôle important dans l’identité de la côte ouest , la ville de Hokitika (une charmante petite station balnéaire) abrite un grand gisement de pierre verte de Nouvelle-Zélande, appelée Pounamu. Cette pierre possède plusieurs significations spirituelles dans la culture maorie. Forte, durable, et indéniablement belle, elle est dérivée en toutes sortes d’articles et bijoux.

Notez aussi que les habitants de la région sauront vous accueillir chaleureusement et se mettront à votre disposition afin de partager avec vous l’histoire de leur racine et de leur sublime île. De Haast à Hokitika (célèbre aussi pour ses plages et pour les magnifiques gorges à environ 25 minutes de la ville), de Greymouth à Karamea, chaque ville possède son propre charme, son propre caractère. Certaines avec des brasseries et de la bière locale 😉

Si vous arrivez par le Nord et comptez descendre vers le Sud, prenez le temps de vous arrêter à Wanaka et son magnifique lac. Un must pour conclure votre road trip 😉

 

 

 

Le PVT Corée du Sud est disponible pour les Belges

Corée du Sud, une destination en plein essor touristique et économique à découvrir en PVT

Un développement économique inattendu et une destination touristique de plus en plus sollicitée, la Corée du Sud, classée douzième nation la plus riche au monde, offre de réelles opportunités de travail et vous fera vivre une expérience qui aura de quoi vous marquer. S’envoler au « Pays du Matin Calme » grâce au Visa Vacances Travail, et pourquoi pas ?

Après la crise de 2008, la Corée du Sud vit une relance surprenante. Celle-ci a parié sur la recherche et le développement. Spécialisé dans la pétrochimie, l’électronique, la construction navale, ferroviaire mais surtout dans l’industrie de l’automobile, le pays détient un taux de chômage peu élevé, d’environ 3% (plus élevé chez les jeunes, environ 11%). En parallèle, la Corée du Sud doit faire face au vieillissement de sa population. C’est pourquoi elle fait désormais appel à une main-d’œuvre étrangère. De quoi proposer d’incroyables opportunités de travail.

Dans quel secteur travailler en PVT Corée du Sud ?

L’industrie de pointe, les  technologies liées au développement durable et l’économie créative font de la Corée du Sud l’un des premiers pays en matière de recherche et le développement, avec la population la plus connectée au monde. En raison du vieillissement de la population, le pays cherche à se développer dans le secteur de la santé (les biotechnologies ou encore la robotique). A noter aussi que les experts du secteur du luxe, du tourisme, de la cosmétique ou encore du vin, sont plus que sollicités.

Avec toutes ces demandes en forte croissance, on observe une augmentation de 11% entre 2015 et 2016 de la communauté française sur le territoire.

Les conditions pour un PVT en Corée du Sud

Saviez-vous qu’il est possible de s’exiler en Corée du Sud à l’aide d’un Permis Visa Vacances (PVT) ? Tout d’abord, vous devez avoir entre 18 et 30 ans et être en bonne santé (justifier par un certificat médical). Votre casier judiciaire doit être vierge, vous devez prouver que vous possédez assez d’argent pour assurer vos arrières et la période totale de travail sur place ne pourra pas dépasser 6 mois (les heures maximales hebdomadaires s’élèvent à 25 heures). Avec un plan de voyage préconçu, l’aspect « vacances » doit passer avant les aspects « financier » et « emploi ».

Partir en Corée du Sud pour travailler

Parler la langue, un atout pour la recherche d’emploi

Avoir des connaissances de base dans la langue du pays dans lequel vous comptez vous expatrier est un atout indéniable (Voici un site pour apprendre le coréen). En effet, vous ne serez que mieux accueilli si les Coréens se rendent compte que vous parlez leur langue (et dans l’idéal, si vous lisez le « hangul », l’écriture du pays). De plus, cela facilitera votre recherche de travail. Sachez qu’un bon nombre de jeunes coréens vivent encore chez leurs parents, vous vous retrouverez face à une concurrence accrue si vous recherchez un travail à temps partiel. Vos chances sont donc plus élevées si vous parlez coréen. Néanmoins, avec une bonne maîtrise de l’anglais, cela peut s’avérer suffisant.

Il est ainsi possible de travailler aussi bien dans des restaurants, des boutiques ou des cafés comme dans le quartier français de Séoul (Seorae Maeul) ou alors, dans le quartier international Itaewon. Sachez aussi que certains postes d’enseignants de langues étrangères sont également disponibles au sein de la capitale.

Envie de vivre une expérience professionnelle Sud-coréenne ?

Tous les métiers ne sont pas accessibles aux détenteurs d’un PVT. Mais si vous êtes spécialisé dans l’ingénierie, l’informatique, ou encore dans le marketing et que vous remplissez les conditions ci-dessus, alors vous pourriez envisager une future carrière de l’autre côté de l’hémisphère. Le Pays du Matin Calme connaît un réel essor économique et se trouve en position de forte demande de personnel qualifié. Vous pouvez également travailler en tant que vendeur dans des commerces visant à attirer les touristes. En apportant votre touche occidentale, vos chances de séduire sont grandes. Il existe aussi d’autres possibilités, comme être logé et nourri chez l’habitant contre un travail dans une ferme en Woofing par exemple. Vous pourrez de ce fait, cohabiter avec la culture coréenne.

En revanche, certains métiers sont difficiles d’accès, voire illégaux pour les pvtistes. Par exemple, il vous est interdit de pratiquer les métiers de la nuit et vendre de l’alcool. Les métiers comme avocat, journaliste, médecin, chanteur ou danseur vous sont proscrits. Si vous souhaitez enseigner une langue dans le privé ou le publique, il existe un visa spécifique E2 qui vous permettra de pratiquer légalement la fonction. Attention au non-respect des règles, puni par la dure loi coréenne.

Job en poche, travailler sa réputation au travail

Saviez-vous qu’un coréen travaille en moyenne 600 heures de plus par an qu’un Belge ou un Français ? Sachez que la culture de l’excellence est très présente dans la coutume coréenne. L’image du travailleur dévoué pour son entreprise est très importante. Si vous décrochez un job dans une entreprise coréenne, vous devrez presque obligatoirement travailler votre image. Refléter la perfection est impératif si l’on ne veut pas être mal vu par l’entreprise. Par exemple, il est mal perçu de ne pas participer aux after work (appelés « hoesik »), car vous donnerez l’impression de ne pas vous soucier de vos relations avec vos collègues. N’hésitez pas à leur faire des cadeaux, une pratique très appréciée là-bas. Prenez soin de respecter la hiérarchie de l’entreprise et d’offrir le meilleur cadeau au patron!

Se loger en Corée du Sud

Il est possible de se loger de différentes façons :

–       L’auberge de jeunesse : avec des prix abordables et un accueil chaleureux, pourquoi ne pas se laisser tenter.

–        La guest house : immergez-vous dans la vie quotidienne coréenne en allant vivre chez l’habitant.

–        Le monastère bouddhiste dit « temple stay »: un véritable plongeon dans les traditions ancestrales grâce à une expérience certes, peu confortable, mais vraisemblablement inoubliable pour les passionnés de spiritualité.

–       Location d’un studio : si vous ne comptez pas rester très longtemps, ou si vous préférez simplement cette option, il est possible de louer un studio.

La Corée du Sud, pays où les gratte-ciel futuristes cohabitent avec les temples millénaires, possède une richesse culturelle et naturelle à en mettre plein les yeux. Le pays regorge de paysages à couper le souffle. Des montagnes, des parcs, des rivières, mais aussi une flore diversifiée, des plages et des chutes d’eau… Tout ceci offre un voyage étonnant à ceux pressés d’y faire un tour.

Qu’en est-il des valeurs sud-coréennes ?

La culture et l’art de vivre reposent sur des piliers principaux : la hiérarchie, le travail, la politesse et l’attache aux traditions (entretenir ses rapports sociaux, respect de la famille et des aînés).

Que faire en VVT dans le Pays du Matin Calme?

Vivez une expérience incroyable et plongez dans l’histoire du pays en allant séjourner dans un monastère bouddhiste comme le temple de Haeinsa Gyeongjun. De multiples sites religieux tels que celui de Bulguska et Seokguram vous ouvriront leurs portes. À Séoul, découvrez le sanctuaire de Jongmyo et le palais de Changdeokgung. Des vestiges de l’époque de la préhistoire ou encore, des forteresses sont accessibles aux visiteurs. En prenant le temps d’explorer tous ces lieux, vous aurez l’occasion d’être accompagné d’une magnifique végétation.

Mis à part la culture, prenez de votre temps pour visiter les quartiers de Séoul : faire du shopping dans les grandes rues commerçantes est un réel plaisir.

Le marché de Dongdaemun regroupe un ensemble de centres commerciaux, où vous ferez de bonnes affaires à souhait ! Baladez-vous aussi dans le quartier de Myeondong, désigné quartier de la mode. Maroquinerie, vêtements, chaussures, costumes… Il y en a pour tous les goûts.

A Insa-Dong, vous aurez l’occasion d’admirer de belles galeries d’arts ou des antiquaires, de vous offrir un petit plaisir dans les boutiques artisanales. Tout cela, à des prix très attractifs. En guise de break, prenez place dans un restaurants traditionnels et dégustez de délicieux mets locaux.

Passer du temps dans les parcs à Séoul peut vous en faire voir de toutes les couleurs. Découvrez le parc de Jeju Love Land, là où des sculptures sexuelles surréalistes sont arborées à la vue de tous.

Case obligatoire, la visite des musées. Récemment, un musée contemporain a ouvert ses portes : il s’agit d’un ancien bunker présidentiel, datant de la guerre froide et laissé à l’abandon ! Découverte impressionnante.

Ces lieux ne sont qu’un échantillon des endroits à visiter en Corée du Sud, un pays qui ne demande qu’à être explorer !

Bay of Islands est une région magnifique au Nord d'Auckland en Nouvelle-Zélande

Bay of Islands : une région à découvrir absolument en Nouvelle-Zélande

Si vous projetez de partir en Nouvelle-Zélande, la Baie des îles ou Bay of Islands est une des meilleures destinations touristiques à découvrir. Se trouvant au nord du territoire néo-zélandais, elle est une zone à la fois volcanique et sauvage qui ne manquera pas de vous fasciner. Que vous aspiriez à un moment de détente ou à partager des expériences inoubliables, l’archipel de la Baie des îles vous ouvre à un florilège d’activités extraordinaires et de visites passionnantes ! Voici quelques-uns des incontournables y effectuer durant votre séjour.

Visiter la belle ville de Paihia

Paihia est une magnifique ville touristique de la Baie des îles. Point de départ de la majorité des activités dans la région, elle figure parmi les passages recommandés lors d’un circuit en Nouvelle-Zélande. La localité offre des panoramas à couper le souffle sur l’archipel. Paihia propose aussi bien un large choix d’activités en plein air, dont des activités à sensations fortes, telles que le parachute ascensionnel et le parapente en tandem.

Autre activité qui attire également un grand nombre de voyageurs : pagayer dans un waka, qui est un bateau traditionnel, aux estuaires de la rivière Waitangi. Pour vous divertir, vous pouvez profiter des sublimes plages de Horotutu, Te Ti ou Main Beach pour vous prélasser au bord de l’eau. Après une bonne baignade, vous pouvez vous promener sur le pont qui enjambe la rivière de Waitangi.

Nager avec les dauphins

Si vous prévoyez de passer quelques jours dans la Baie des îles, nager avec les dauphins est une activité que vous devez absolument expérimenter durant votre séjour. Il s’agit de l’activité la plus populaire dans la région. Pour ce faire, de nombreux prestataires vous proposent des excursions vous permettant de rencontrer ses espèces aquatiques. A vous de faire votre choix.

Bien que Bay of Islands n’a pas le monopole de cette activité (existante un peu partout dans le monde), cela ne vous empêche pas de vivre une expérience particulièrement agréable et inoubliable. Durant votre expédition, vous aurez l’opportunité de partir à la rencontre de nombreux Grands Dauphins. Ces derniers mesurent entre 2 et 4 mètres et pèsent près de 250 kilos. Comme ils se déplacent en bancs, vous pourrez facilement les repérer… et nager avec ses animaux attachants.

Faire une croisière au cap Brett

Parce que l’archipel compte 144 îles, il ne vous sera pas possible de toutes les voir. Par contre, grâce à une croisière d’une journée au cap Brett, vous aurez l’opportunité d’avoir une bonne aperçue. Par ailleurs, le capitaine vous en dira davantage sur l’histoire et vous délivrera des informations utiles. Il vous signalera aussi les îles habitées, celles qui abritent d’anciens villages de Maoris fortifiés ainsi que celles qui sont entièrement désertes et sauvages.

Lors de la croisière, vous aurez le plaisir de faire quelques escales sur terre afin de visiter quelques îles fascinantes, dont Urupukapuka qui est l’une des plus grandes de la baie. Elle possède une immense plage de sable fin où vous pourrez vous détendre. Si vous aimez la marche, vous pouvez effectuer la courte randonnée d’un quart d’heure qui mène au sommet de l’île et y admirer l’imprenable vue sur les autres merveilles de la région. Pour les passionnés d’histoire, il est également possible de faire une randonnée archéologique afin de découvrir les vestiges des anciens villages et ainsi, en savoir un peu plus sur le passé de l’île et celui de ses habitants.

La baie des îles, une région sans hiver

Bay of Islands est un paradis composé d’une poignée de villes historiques. Les paysages magnifiques, les plages dorées et les fruits de mer frais en font l’une des destinations touristiques les plus importantes de Nouvelle-Zélande. Situé à plus de trois heures d’Auckland par la route, dans le « nord sans hiver », le climat en fait une destination populaire pour la pêche et les sports nautiques, du kayak à la voile. Bay of Islands abrite également plusieurs attractions historiques tel que le Traité d’attente, lieu de naissance de la nation. Peu importe ce que vous cherchez, aventure, amusement ou détente, vous garderez des souvenirs pour toute la vie !

Les meilleurs jobs en Working Holiday

Working Holiday : 10 jobs à faire pour vivre pleinement son aventure

Devenir membre d’équipage sur un yacht, saisonnier dans une station de ski, rédacteur/bloggeur, travailler dans une ferme au beau milieu de nulle part, guide touristique… Vous voulez voyager et financer votre séjour à l’étranger en parallèle ? Découvrez 10 jobs à faire en Australie, Canada ou Nouvelle-Zélande pendant votre Visa Vacances Travail.

Membre d’équipage sur un bateau

Membre d’équipage sur un bateau privé ou un Yacht, un job qui vous emmènera certainement dans des recoins que vous n’auriez pu atteindre seul, en particulier autour des îles de l’océan Pacifique, de l’Océan Indien voire, des Caraïbes. Certes, ce n’est pas vous qui êtes en croisière et le travail est parfois physique et stressant. Mais les tâches varient selon les bateaux, les rémunérations sont élevées et quand vous pourrez profiter un peu, vous vous trouverez très certainement dans un endroit paradisiaque. Cela se refuse-t-il vraiment 😉 ?

Saisonnier dans une station de ski

Travailler dans une station de ski est en réalité moins un travail qu’un mode de vie. Vous ferez beaucoup de ski… et certainement la fête aussi. Bien que la concurrence soit rude, il existe toutefois un certain nombre d’occasions de travailler en station comme à Queenstown en Nouvelle-Zélande ou Whistler au Canada que ce soit sur les pistes, en magasin ou dans un chalet. Le personnel en chalet cuisine et nettoie, et bien que ce travail offre peu de gratifications et de grosse somme d’argent, il y a généralement un bon esprit d’équipe parmi les travailleurs. En station, le mode cool est activé !

Rédacteur pour des sites de voyage

En plus de vous rendre dans une destination exotique qui vous offrira peut-être l’inspiration pour écrire votre premier roman best-seller, qui sait, voyager vous permettra, si votre plume vous le permet, de rédiger des textes pour des blogs, des sites web ou des journaux de presse écrite depuis votre nouveau pays d’adoption. Pas de bureau ? Pas de problème, vous pourrez travailler chez vous ou directement dans un bar au bord de la plage. Pour certains guides, il vous arrivera peut-être de devenir testeur d’activités ou de restaurants/clubs et autres sites De quoi rencontrer beaucoup de gens du coin.

Serveur au bord de la plage

Serveur d’accord, mais pas n’importe où 😉 Imaginez-vous préparer des cocktails au bord des plages australiennes ! La plupart des établissements exigent que vous ayez une certaine expérience, en particulier pour changer les fûts et réaliser des cocktails. Mais il est possible de commencer en ville par exemple et de passer l’une ou l’autre formation avant de trouver le spot idéal. Ensuite, à vous la vie de rêve sur les côtes.

Cuisinier

De prime à bord, ce n’est pas le métier qui fait le plus rêver hormis pour les cuistots de formation. Mais si vous possédez un minimum de talent voire d’expérience dans ce domaine, vous trouverez du travail. Et il y a des endroits (restaurants, clubs de plage, hôtels…) où celui-ci s’avérera plutôt agréable. Pour ceux qui n’ont pas d’expérience, pas de problème, le rôle de commis est à votre portée : préparer la nourriture ou faire la vaisselle, le job vous mettra souvent en contact avec d’autres voyageurs et offre un environnement décontracté lui aussi.

Enseigner les langues

Vous avez suivi des études de langues et vous souhaitez voyager pour les mettre à profit ? Vous avez un niveau d’anglais défiant toute concurrence et connaissez une autre langue ? Ce paragraphe est fait pour vous 😉 Lors de votre voyage en Visa Vacances Travail, vous pourrez apprendre le français, l’espagnol ou une autre langue aux autochtones (jeunes ou adultes). Et si par hasard vous décidiez de partir en Corée du Sud ou à Taïwan en PVT, vous auriez sans doute encore plus de chance de trouver un job d’enseignant… Cette fois pour manier la langue de Shakespeare !

Jeune fille au pairs

Il existe peu voire pas de meilleure façon pour se familiariser avec une culture étrangère que de vivre et de travailler avec une famille originaire du pays. Le job de jeune fille au pair ne paie certes pas très bien, mais pendant quelques mois vous vivrez vraiment la vie d’une famille néo-zélandaise par exemple. Et vous apprendrez l’anglais de la meilleure des façons, c’est-à-dire, naturellement. Une seule obligation : aimer les enfants. Un travail qui n’est toutefois pas sans responsabilité.

Travailler dans une ferme au milieu de nulle part

Si vous salir les mains ne vous dérange pas plus que ça, rassurez-vous, du travail, vous en aurez ! Et plus particulièrement dans les fermes. De longues heures et des efforts physiques en perspective. Les salaires dans ce domaine ne sont généralement pas particulièrement élevés, mais l’hébergement est souvent offert et vous aurez peu d’occasions de gaspiller vos gains. D’autre part, vous n’avez besoin d’aucune compétence particulière, seulement d’endurance et de détermination. De belles rencontres en à venir aussi avec d’autres workers dans le même état d’esprit que vous ! Privilégiez l’évasion dans une ferme an plein cœur du pays pour vivre l’aventure comme il se doit.

Guide touristique ou tour leader

Si votre niveau d’anglais le permet ou si vous souhaitez le faire en français pour des groupes en voyage, être guide lors de votre Visa Vacances Travail est un excellent moyen de travailler en extérieur. En tant que tour leader, vous êtes responsable du bon déroulement du voyage d’u groupe et de sa satisfaction. La plupart des opérateurs ont besoin de ce genre de profils parlant les langues étrangères. Généralement, tout ce que vous gagnerez sera en plus de l’hébergement et souvent des repas gratuits.

Faire du bénévolat

Certes, ce n’est pas du travail à proprement parler, mais le bénévolat, à l’instar du woofing, reste une activité prenante. Tout en découvrant une ville, une région, vous réalisez quelque chose de positif. Ecovolontariat avec les animaux, protection de l’environnement, chantiers nature, travail au sein d’une ONG… Les possibilités de bénévolat sont nombreuses et variées. A vous de choisir la formule qui vous correspond 😉

Un voyage PVT Canada offre de nombreuses activités et possibilités de jobs !

Le Canada, une destination de choix pour faire un voyage en PVT

Vous rêvez de partir au Canada pendant quelque temps tout en améliorant vos compétences professionnelles ? Le PVT représente un moyen efficace pour réaliser votre projet. Un peu de patience avant l’ouverture des prochains quotas d’ici la fin d’année ! En attendant, voici pourquoi choisir cette destination.

Quelques bonnes raisons d’effectuer un voyage en PVT au Canada

Le Canada est une destination de choix pour profiter d’un PVT. Cette contrée possède différents atouts afin d’attirer de jeunes voyageurs, à savoir ses immenses espaces vierges, sa condition et sa qualité de vie, sa population cosmopolite, accueillante et chaleureuse. De plus, ses grandes villes vous donnent l’opportunité de trouver de petits boulots, généralement dans le secteur du service. Vous pouvez, par exemple, travailler en tant que réceptionniste ou bien agent d’accueil. Par contre, il y a d’autres possibilités offertes si vous vous situez dans des endroits sauvages et moins peuplés lors de votre voyage Canada.

Mis à part cela, le climat joue également un rôle important dans ce pays. Il est propice à de nombreuses activités hivernales. Durant votre séjour, pratiquez, entre autres, du ski de fond, de la motoneige, du traîneau à chiens… Et/ou travaillez en station !

Faire un voyage en PVT dans la ville de Toronto

La ville de Toronto, qui se situe dans la partie sud-est du Canada, est l’une des plus cosmopolites de la planète. On y trouve des centaines de langues parlées. Cette municipalité est moderne en matière de transport et d’infrastructures publics. Cette agglomération est une destination de choix pour effectuer un voyage en PVT. Elle vous propose de nombreux emplois.

Au cours de votre séjour, vous pouvez, par exemple, exercer le poste de logistique d’entrepôt ou bien d’assistant administratif. Lorsque vous aurez du temps libre, profitez-en pour visiter divers lieux passionnants. La tour CN figure parmi les sites à ne pas manquer lors d’un périple à Toronto. Il s’agit d’un bâtiment de près de 555 m de hauteur. En empruntant l’ascenseur de cette construction, vous accédez à une plate-forme d’observation à l’air libre qui vous permet d’avoir une vue imprenable sur la capitale de la province de l’Ontario.

Tout ce qu’il faut connaître à propos du PVT

Faut-il encore le rappeler, le PVT (Programme Vacances Travail) recouvre un ensemble de visas temporaires qui vous permet de faire un voyage à l’étranger. Sa durée de validité varie selon votre pays d’origine. Pour le Canada, par exemple, elle est de 24 mois renouvelables pour les Français et de 12 mois pour les Belges. Ce document s’adresse aux jeunes de 18 à 30 ans. Son principal avantage est le fait qu’il donne à ces derniers l’occasion de travailler au cours de leur séjour. Cela a pour but de financer les besoins fondamentaux (nourriture, logement, vêtement, etc.).

En bénéficiant d’un PVT, vous pouvez changer d’emploi autant de fois que vous le souhaitez. Vous avez également la possibilité d’effectuer du tourisme durant votre périple. En dehors des heures de boulot, visitez, entre autres, des quartiers populaires ou bien faites diverses activités telles que du ski, de la randonnée… Bref, un occasion unique de découvrir un pays et sa culture tout en renforçant son CV !

Choisir la bonne île en Nouvelle-Zélande n'est pas facile

Nouvelle-Zélande : comment choisir entre l’île du Nord et l’île du Sud

Une des premières décisions qu’entraîne un Visa Vacances Travail en Nouvelle-Zélande consiste à devoir choisir entre l’île du Nord et l’île du Sud comme terre d’accueil pour les premières semaines voire, les premiers mois. La réponse est loin d’être évidente tant chacune possède ses particularités et ses avantages. Voici quelques pistes pour vous aider à faire le bon choix selon la période où vous arriverez, vos centres d’intérêt et votre projet de voyage.

On nous demande souvent la/les différences entre l’île du Nord et l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Avant tout, il y a au moins une chose sur laquelle on ne peut se tromper : elles ont toutes deux beaucoup à offrir que ce soit en terme de dépaysement, d’activités… L’île du Sud est incroyable notamment pour la diversité de ses paysages, ceux que l’on s’imagine quand on pense à la Nouvelle-Zélande. Si l’île du Nord est (pour certains) moins impressionnante visuellement, vous y découvrirez la culture maorie, l’activité géothermique et des villes cosmopolites. La Nouvelle-Zélande est un petit pays en taille certes, mais le volume et la diversité des possibilités est à l’extrême opposé. Rentrons maintenant un peu plus dans les détails.

Combien de temps avez-vous l’intention de passer en Nouvelle-Zélande ?

Évidemment, plus vous aurez de temps, plus vous aurez la possibilité de visiter les deux îles. L’idéal en somme ! La Nouvelle-Zélande est un pays vaste (environ la moitié de la taille de la France mais sur 1 600 kilomètres de long), alors y aller pour un ou deux mois vous obligerait à faire un choix et à vous concentrer sur une seule île. Si vous avez plus de temps comme c’est le cas en Working Holiday, vous aurez certainement la chance de voir les deux.

La plupart des visiteurs internationaux arrivent à Auckland, au Nord de l’île du Nord, et il y a une raison. Tout d’abord car la majorité des aéroports proposent Auckland comme destination. Si vous souhaitez explorer l’île du Nord, cela simplifiera votre choix. Si vous désirez aller dans l’île du Sud, sachez que le déplacement en voiture vous prendra quelques jours (comprenant notamment la traversée du détroit de Cook entre les îles +/-25 km). La meilleure option, si vous arrivez à Auckland et souhaitez explorer le Sud reste de prendre un vol intérieur vers Christchurch ou Queenstown. Autre possibilité, prendre un vol jusque Christchurch depuis la Belgique même si celui-ci sera certainement plus cher. Les vols intérieurs, eux, restent assez peu coûteux et rapides.

À quelle époque de l’année arrivez-vous en Nouvelle-Zélande ?

Si vous arrivez en Nouvelle-Zélande au printemps, en été ou en automne (de septembre à mai), vous profiterez d’un temps agréable peu importe où vous vous rendez. En revanche, l’hiver est plutôt différent entre les îles. Le Nord peut être humide et orageux, mais pas nécessairement froid. L’extrême Nord de l’île du Nord reste, pour sa part, généralement doux. Le temps sur l’île du Sud est plus froid et plus sec en hiver, avec beaucoup de neige tout au Sud. Impossible de le nier, il fait plus chaud au Nord dans des régions comme Bay of Islands (considérées comme subtropicales, oui oui) voire le Coromandel.

carte de la nouvelle-zélande

Quels sont les types de décor que vous appréciez ?

Île du Nord : plutôt montagneux et volcanique (volcans actifs dans la partie centrale de l’île) ; plages et îles ; forêts et brousses.

Île du Sud : chaîne de montagnes des Alpes du Sud, neige (en hiver), glaciers et lacs.

Quelles sortes de choses voulez-vous faire en Nouvelle-Zélande ?

Île du Nord : sports nautiques : voile, plongée, pêche, surf ; baignade ; bronzage ; randonnées ;  camping ; divertissement urbain (vie nocturne, gastronomie – surtout à Auckland et à Wellington).

Île du Sud : sports alpins (ski, snowboard, alpinisme) ; bateau à moteur ; rafting ; kayak ; randonnée.

Villes

Plus de trois quarts des Néo-Zélandais vivent dans l’île du Nord, il y a donc naturellement plus à faire et plus de jobs aussi. Auckland est bien entendu LA ville centrale qui attire, alors que Wellington s’est imposée comme la « petite capitale la plus cool du Pacifique ». Les deux villes accueillent aussi des festivals qui manquent parfois à l’île du Sud. Mais les visiteurs de Christchurch verront une ville se réinventer, avec de nouveaux projets qui émergent en permanence. Et Dunedin est peut-être l’une des destinations les plus sous-estimées de Nouvelle-Zélande, elles regorgent de trésors architecturaux, d’étudiants et abrite la belle péninsule d’Otago.

Culture Maorie
En parcourant l’île du Nord, vous serez toujours fascinés chaque fois que vous verrez un Marae. Dans le Sud, la population maorie est inférieure à 10%.

Merveilles de la nature
Au Nord, attrapez un ferry et faites de la randonnée jusqu’à l’île de Rangitoto – le plus grand volcan et le plus jeune d’Auckland. Il y a aussi Rotorua avec ses piscines de boue bouillonnantes et ses geysers  explosifs. Pour un paysage encore plus extraordinaire, dirigez-vous vers les cratères de Taupo, une destination géothermique immanquable. Les activités au Sud sont généralement plus « fraîches ». Vous trouverez notamment deux des meilleures stations de ski de l’hémisphère Sud à Queenstown (Coronet Peak et The Remarkables). Et la côte Ouest abrite deux glaciers : Franz Josef et Fox Glacier, deux des plus accessibles à pied sur Terre.

Aventure
L’île du Sud possède la «capitale de l’aventure », Queenstown, ainsi que 9 des 14 parcs nationaux du pays. Elle dispose également de plus de pistes cyclables, notamment le sentier ferroviaire central d’Otago. Concernant les vignobles, petit avantage au Nord. Dans la Hawke’s Bay (île du Nord), n’hésitez pas à vous arrêter en cours de route.

Akaroa en nouvelle-zélande, un jolie spot

Akaroa, près de Christchurch dans l’île du Sud

En résumé :

Caractéristiques de l’île du Nord :

  • Il y a trois fois plus d’habitants que dans l’île du Sud
  • LE Foyer des villes cosmopolites : Auckland et Wellington
  • Riche en culture maorie (Rotorua et Gisborne sont deux endroits pour l’expérimenter)
  • Il fait légèrement plus chaud, il y aussi plus de plages (où nager et possibilité de faire de la longée)
  • Beaucoup d’activités géothermiques

Caractéristiques techniques de l’île du Sud :

  • Abrite des paysages montagneux spectaculaires
  • Beaucoup d’occasions de voir la vie marine et les oiseaux : pingouins, phoques, dauphins…
  • Accueille le parc national des Fiordland avec Milford Sound et Doubtful Sound
  • Possède la capitale de l’aventure de la Nouvelle-Zélande : Queenstown
  • Abrite plusieurs des meilleurs trecks comme ceux de Milford (Kepler Track), Routeburn ou encore Abel Tasman

Vous hésitez encore ? La réponse dépend vraiment du type de voyage que vous recherchez et de ce que vous souhaitez faire.

Voici 5 raisons pour lesquelles vous devriez voyager dans l’île du Nord et 5 raisons pour lesquelles vous devriez voyager dans l’île du Sud.

Conseil d’itinéraire de notre expert NZ : Commencer par le Nord et se diriger vers le Sud au fur et à mesure du voyage. Les distances sont assez longues donc il ne serait pas très stratégique d’effectuer des allers-retours à répétition. Moins de quatre mois, n’essayer pas de tout faire, c’est impossible ! Et enfin, prenez vraiment en considération le climat. A Auckland et dans le Northland, vous ne souffrirez que très peu du froid. Dans le Sud de l’île du Sud (la plus belle région en toute subjectivité), on découvre les paysages tant attendus, à couper le souffle. Mais l’hiver est plus inconfortable, sauf pour les passionnés de ski 🙂

Astuce pour remonter du Sud au Nord en fin de séjour : demander aux agences de location de voiture si elles ont des voitures à remonter jusqu’à Auckland. Demandez-leur si vous pouvez en remonter une vous même. Vous aurez à payer l’essence, mais ni la location ni la traversée. De quoi s’offrir un sacré Road Trip de 8 jours !

Conduire en Australie et en Nouvelle Zélande est facile

Conduire en Australie et en Nouvelle-Zélande : facile ou risqué ?

Avoir une voiture ou un van est sûrement le meilleur moyen de se déplacer pendant son Working Holiday. De quoi bénéficier d’une liberté totale pour aller où bon vous semble et faire ce qu’il vous plaît. Mais voilà, si vous venez à peine d’avoir votre permis ou si vous craignez conduire, est-ce risqué de s’embarquer dans pareil aventure ?

Vous souhaitez arpenter les routes de Nouvelle-Zélande ou d’Australie pendant votre VVT ? Très bonne idée ! Première chose à savoir, les Australiens comme les Néo-Zélandais conduisent à gauche. Conseil donc : ne pas démarrer dans une ville animée à l’heure de pointe si vous n’êtes pas habitué à conduire avec le volant côté droit… ni à la priorité à gauche. Préférez plutôt un endroit calme où vous pourrez vous habituer à tourner dans le mauvais sens. Vous trouverez peut-être étrange au départ d’être assis de l’autre côté de la voiture. Tout comme de faire des virages et de voir débouler vos vis-à-vis soudainement du côté inverse. Autant faire ses gammes tranquillement et démarrer dans une situation confortable.

Pour le reste, à la question est-ce dangereux de conduire, inutile d’être alarmant. Le risque 0 n’existe pas, certes, mais aussi bien dans les villes que dans les zones plus reculées, pas de panique ! D’ailleurs, vous roulerez la plupart du temps sur des routes droites, avec peu de trafic. Attention toutefois à quelques éléments perturbateurs comme les roads trains en Australie, ces longs camions roulant à toute allure. Autre « danger », les beaux paysages, oui oui ! Ne prenez aucun risque sur la route, surtout pas en prenant des photos. Conduire de nuit ensuite notamment dans l’Outback australien, n’est pas recommandé. Certains loueurs de véhicules interdisent même la conduite de nuit dans certains Etats en raison des road trains et animaux sauvages attirés par la lumière des phares. Idem en Nouvelle-Zélande, s’il existe moins d’animaux en tout genre, les routes sont tout aussi peu ou pas éclairées.

De manière générale, les axes principaux restent goudronnés et entretenus que ce soit en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Il est ainsi envisageable par exemple d’en faire le tour en restant sur une route en bon état. En dehors de ces voies, les pistes sans bitume sont tout de même relativement fréquentes notamment pour accéder à des parcs nationaux et autres activités, points de vue et aires de camping. Une voiture en bonne état vous évitera dès lors quelques sueurs froides.

Quelques informations pratiques complémentaires

Pour ces deux pays l’âge minimum pour conduire est de 18 ans et, comme en Europe, la vitesse se compte en kilomètre/heure. Si vous souhaitez louer une voiture en Australie, vous devrez avoir 21 ans. Si vous avez moins de 25 ans, la prime sera supérieure aux conducteurs plus expérimentés. Sachez qu’en Australie toujours, dans les villes la limite de vitesse est généralement de 60 kilomètres/heure (la réglementation peut varier d’un Etat à l’autre). En Nouvelle-Zélande, la vitesse maximale autorisée sur autoroute s’élève à 100 kilomètres/heure (il en existe tout de même très peu 😉 ).

Retenez aussi que lorsque vous vous éloignez des grandes villes, les stations essence se font rares, et le prix peut aller jusqu’à doubler dans l’Outback australien. Quoi qu’il en soit, prévoyez TOUJOURS un bidon voire plus pour ne pas tomber en panne. Le coût de l’essence dans ces deux destinations est moins cher qu’en Europe et la plupart des stations-service sont en libre-service. Vous mettez le carburant dans votre voiture et passez à l’intérieur de la station pour payer. Le coût de l’essence change constamment et devient généralement moins cher plus vous vous rapprochez des grandes villes.

Enfin, si vous comptez rester plus de six mois, vous devrez également soit utiliser un permis international en cours de validité, soit obtenir un permis de conduire australien (différent d’un Etat à l’autre). Pour obtenir le permis international, rien de plus simple : il suffit de se rendre dans votre commune et de fournir une photo d’identité récente, votre carte d’identité et votre permis de conduire. Vous obtiendrez le permis en quelques jours. Même si vous n’avez pas l’intention de conduire sur place, il est judicieux d’avoir le permis international en cas d’urgence.

Conseils :

• Rangez-vous sur le côté pour laisser passer un véhicule s’il roule plus vite
• Les stations essences étant rares dans certaines recoins d’Australie, ne vous laissez pas surprendre, partez avec le plein ET au moins un bidon de secours
• Outback : méfiez-vous des petites routes non indiquées sur les cartes, surtout en cas d’intempéries récentes (éventuels passages inondés)
• N’hésitez pas à faire des pauses ou à passer le volant en cas de fatigue !

 

HelpX et Woofing sont souvent utilisés par les jeunes en working holiday

Woofing, HelpX : tout savoir avant de partir en Working Holiday

Connaissez-vous le Woofing ou encore le HelpX (plus répandu en Australie) ? Deux réseaux qui vous permettront de vous loger et de manger chez l’habitant en échange de quelques heures de travaux quotidiens dans des fermes biologiques, des petites exploitations ou chez des particuliers. De quoi s’offrir des souvenirs mémorables autant que d’économiser pendant son Visa Vacances Travail. Attention toutefois, ce ne sont pas ces plateformes qui vous aideront à gagner de l’argent pour voyager… ni de subvenir à vos besoins à long terme !

Avant de me rendre en Nouvelle-Zélande en Working Holiday (pour savoir qui je suis rendez-vous sur la page équipe, Benjamin c’est moi 😉 ), comme tout VVtiste qui se respecte, j’avais soigneusement entrepris quelques recherches afin de traquer les bons plans. Le Woofing m’est alors vite apparu comme l’une des solutions : découvrir un pays, ses habitants, sans trop dépenser d’argent. Et je dois dire que la théorie a confirmé mes attentes : d’un Woofing dans la ferme la plus au sud de l’Ile du Sud à travailler au milieu des animaux à un autre dans le Coromandel à vivre avec une dizaine d’autres voyageurs (animation garantie le soir) jusqu’à chasser au beau milieu de la nuit dans la Golden Bay à Puponga… on peut dire que les expériences ont été au rendez-vous ! Tantôt pour visiter une région, tantôt pour me poser et vivre une parenthèse pour me sentir un peu « comme chez moi » au sein d’une famille, je dois dire que cette formule possède de nombreux avantages.

Parole de « Woofer »

Mais il y a aussi un point sur lequel il convient d’insister. Woofing comme HelpX ne servent pas à gagner de l’argent, indispensable lorsque l’on compte s’offrir des moments inoubliables ou plus pragmatiquement s’acheter une voiture ou un van. Autrement dit, si vous comptez sur des petits boulots pour poursuivre votre aventure dans les meilleures conditions, il vous faudra alterner les deux. C’est ce que j’ai personnellement choisi de faire en travaillant dans le Fruit Picking ou encore, dans un supermarché pour effectuer la saison de ski à Wanaka, petite ville située à une heure de Queenstown et tout aussi proche des pistes.

Woofing, HelpX… Quelques généralités sur ces programmes

Peu importe le réseau, comptez un minimum de cinq jours lors de chaque projet de Woofing ou HelpX jusqu’à plusieurs mois si le courant passe avec votre hôte. Autrement dit, ce service n’est pas là pour vous dépanner une nuit. Sachez aussi que vous êtes libre de partir à tout moment puisque vous n’êtes liés par aucun contrat (ce qui vaut d’ailleurs dans les deux sens). Hors problème de disponibilité de l’hôte, vous mangerez le plus souvent avec lui et sa famille. Une bonne opportunité de leur préparer de temps en temps un repas (belge de préférence 😉 ).

Niveau logement, tout est possible (croyez-en mon expérience) : d’un dortoir avec d’autres woofers à une caravane à peine aménagée dans le fond du jardin à une chambre avec salle de bains privative. Enfin, questions missions, il s’agira le plus souvent de travaux de jardinage (réparer des clôtures, débroussailler des champs…), avec des animaux (les nourrir, les garder…), de vous occuper d’enfants ou bien encore de petites missions de construction.

Que ce soit pour le HelpX, le Wwoof ou le WorkAway, les bénévoles paient des frais d’adhésion avant de contacter les hôtes. Mais alors, qu’est ce qui les différencie concrètement ?

Helpx

HelpX n’est autre qu’une base de données d’hôtes à la recherche de bénévoles pour les aider dans une grande variété de projets : hébergement (farmstays, B&B…), travail dans un domicile de particulier, dans une ferme… Vous créez un profil et envoyez des messages aux hôtes chez lesquels vous souhaitez faire du bénévolat. Selon le site, l’arrangement standard est de 4 heures de travail par jour en échange de nourriture et d’un logement. Il est toujours judicieux de vérifier cet arrangement au préalable pour éviter les mauvaises surprises. Une adhésion de 2 ans à concurrence de 20 euros vous sera demandée.

Workaway

Autre possibilité : Workaway, qui fonctionne sur le même principe. L’arrangement de base de Workaway est de 5 heures de travail pendant 5 jours par semaine en échange toujours de la nourriture et du logement. Une adhésion de deux ans de 29 euros pour une personne seule et de 38 euros pour les couples et les amis sera demandée. Comme pour HelpX, une fois inscrit, vous créez un profil expliquant vos expériences précédentes et vos compétences, puis commencez à parcourir la liste des hôtes. Vous pouvez envoyer un courrier électronique aux hôtes qui vous intéressent et commencer une discussion avec eux pour savoir si vous vous correspondez mutuellement.

Woofing

Le WWOOF (World Wide Opportunities on Organic Farms) est à l’origine du concept d’échange de travail et a été créé en 1971 en Angleterre. Il est aujourd’hui présent dans plus de 100 pays. Comme son nom l’indique, WWOOF est une base de données qui regroupe les fermes biologiques et les petites exploitations appartenant à des personnes disposées à fournir la nourriture et le logement en échange de 4 à 6 heures de bénévolat par jour. Il existe quelques différences avec le HelpX comme l’orientation claire vers l’apprentissage des pratiques agricoles durables par opposition à la réalisation de tâches plus élémentaires en Helpx.

Le Wwoof est plus orienté agriculture bio, fermes bio, permaculture mais en réalité, cette différence a tendance à se réduire avec les années comme j’ai pu le constater. Son principal inconvénient reste que chaque pays a sa propre organisation WWOOF et que vous devez payer une cotisation pour chacun d’entre eux. Si votre voyage vous amène dans plusieurs pays, les frais d’adhésion peuvent s’accumuler assez rapidement. L’adhésion (40 dollars en Nouvelle-Zélande, 90 dollars en Australie) est valable pour un an et vous donne accès à tous les profils, photos, coordonnées des membres, cartes, calendriers et commentaires.

Volunteers Base

Outre ces trois réseaux principaux, vous pouvez également tester la plateforme Volunteers Base, un réseau d’échange gratuit cette fois, sur lequel les hôtes qui ont besoin d’aide et les bénévoles peuvent se contacter sans frais. Les projets varient énormément : agriculture, bâtiment, auberges, enseignement des langues, travail domestique ou communautaire, artisanat…

Un bon profil vous aidera à trouver plus rapidement

A noter qu’il est important de prendre le temps de rédiger un bon profil, avec des photos correctes de soi. Un profil incomplet, mal rédigé… ne vous aidera pas à vous faire accepter. D’autre part, la grande majorité des hôtes ne cherchent pas des personnes qualifiées, à vous donc de montrer que vous êtes quelqu’un de dynamique, motivé, en qui l’on peut avoir confiance car n’oubliez pas que l’hôte accueille un inconnu chez lui. N’hésitez pas à en contacter plusieurs pour optimiser vos chances, si possible deux ou trois semaines à l’avance. Dans tous les cas, n’oubliez pas de personnaliser vos messages pour montrer que vous avez lu leur profil et les tâches à effectuer. Et surtout, profitez 😉

Le PVT Taiwan est accessible depuis la Belgique

PVT Taiwan : le Visa Vacances Travail qui gagne à être connu !

Argentine, Japon, Hong Kong, Chili, Colombie, Brésil… Nous ne disposons malheureusement pas d’un choix aussi varié que nos voisins français en matière de destinations de Working Holiday. Pour autant, si nous vous parlons très régulièrement de Visa Vacances Travail en Australie, de PVT au Canada ou bien encore de la Nouvelle-Zélande, il en existe deux autres pour nous les Belges : Le PVT Taiwan et la Corée du Sud. Deux pays qui gagnent à être connus et qui vous intéresseront sûrement si vous souhaitez vous éloigner des sentiers battus.

Première destination d’Asie disponible pour les Belges dans l’histoire du Visa Vacances Travail : Taiwan. Le PVT y est en effet entré en vigueur au printemps 2013 et permet à 200 âmes du Royaume d’explorer chaque année cette contrée abondant d’intérêts.

Quand on parle d’Asie, on évoque volontiers la Thaïlande, le Cambodge ou bien encore le Vietnam. Mais connaissez-vous vraiment Taiwan en dehors des clichés qui l’entourent (le fameux Made in Taiwan) ? Rares sont ceux à songer y passer des vacances. A tort, tant le pays regorge de paysages variés (dont 1 500 km de littoral), de montagnes (plus de cent sommets de plus de 3 000 mètres d’altitude), d’attractions et monuments en tout genre à découvrir. Parmi eux : le parc national de Yangmingshan, Le National Palace Museum (sorte de Louvre taïwanais), les gorges de Taroko (pour sa rivière et ses canyons)…ainsi que les innombrables temples qui jonchent le pays

PVT Taiwan : un décor de rêve pour tous les goûts

Taiwan n’est pas non plus en reste en matière de variété de paysages. Si la côte Ouest est marquée par la présence de l’activité industrielle sur environ 500 km de long, le centre est quant à lui très montagneux. L’île est divisée par une chaîne de 270 kilomètres qui s’étend du Nord au Sud (la plus haute chaîne de montagnes d’Asie du Nord-est à l’exception du Tibet). Les forêts immenses y représentent un vrai repaire pour les randonneurs. Le Nord est parsemé de montagnes volcaniques ; la côte Ouest est plutôt plate et compte le plus d’habitants tandis que les plages de sable dominent le Sud. Bref, une diversité qui ne manquera pas de vous occuper. Autres atouts de la destination et pas des moindres : se déplacer à Taiwan est très facile, les prix dans l’ensemble sont raisonnables et le niveau de sécurité reste particulièrement élevé.

PVT-Taiwan-National-Concert-Hall

©Taiwan Tourism Bureau

Conditions à remplir pour un PVT Taiwan

Les conditions pour un PVT Taïwan sont quasi identiques aux autres :

• Être âgé entre 18 et 30 ans et détenteur d’un passeport belge
• Ne pas être accompagné de personnes à charge
• Ne pas accepter d’emploi longue durée ou étudier plus de 6 mois
• Ne pas avoir bénéficié au préalable d’un PVT à Taiwan
• Avoir assez d’économie pour subvenir à ses besoins en début de séjour (2500€)
• Présenter un billet de retour ou disposer des ressources nécessaires pour en acheter un sur place
• Souscrire à une assurance maladie pour la durée du séjour
• Fournir un certificat de bonne conduite et le dossier médical des 3 mois précédant son arrivée
• passeport qui doit être valable jusqu’à 15 mois après la date de délivrance du visa

PVT-Taiwan-Sun-Moon

©Taiwan Tourism Bureau

A noter que le PVT est valable pour 6 mois avec la possibilité de renouveler une fois la demande sur place. Les participants sont autorisés à travailler et/ou à suivre une formation pendant maximum six mois. Ce visa vous octroie également la possibilité d’entrer et sortir du pays à volonté. Un moyen parfait de s’offrir quelques périples aux alentours comme en Chine par exemple.

Pour faire sa demande de PVT à Taiwan, rendez vous sur le site Visawebapp et complétez le formulaire d’inscription

Travailler lors de son Visa Vacances Travail à Taiwan

Si le mandarin peut sembler représenter une barrière pour travailler sur place, Taipei compte beaucoup d’entreprises et donc davantage de professionnels parlant anglais en particulier dans les domaines liés aux activités avec l’étranger. La restauration ou la fonction de professeur de langue constituent d’autres alternatives pour trouver des jobs. Attention, notez que la culture du recrutement est largement différente de l’Europe ou dans les autres destinations de PVT. Il peut ainsi être intéressant de réaliser une formation interculturelle et de civilisation afin de bien assimiler le pays et ses méthodes.

En résumé, Taiwan se veut un point de chute à mi-chemin entre culture chinoise et religions asiatiques. De quoi profiter des charmes de l’Extrême-Orient en toute tranquillité dans un pays qui mêle nature subtropicale, petites îles coralliennes et volcaniques à quoi s’ajoutent quelques stations balnéaires notamment au sud près de Kenting National Park.

Se rendre à Taïwan en Visa Vacances Travail c’est donc l’occasion :

• de prendre des cours de langue : Mandarins, Taïwanais ou Anglais
travailler sur place dans une entreprise et découvrir une nouvelle culture (6 mois maximum chez un même employeur)
visiter les pays de la région en faisant de Taïwan son camp de base
visiter Taipei, la capitale en pleine effervescence du nord de l’île, dominée par « Taipei 101 », l’un des plus hauts gratte-ciels du globe (508mètres de hauteur)

Vous pouvez toujours commencer par un PVT Canada, un working Holiday en Nouvelle-Zélande ou en Australie avant de vous lancer dans cette aventure plus originale 😉

 Le saviez-vous ?

Tour à tour entre les mains de la Chine de 1683 à 1895 puis cédé au Japon, Taiwan bénéficie d’un indépendance administrative et politique par rapport à la République populaire de Chine (la Chine). Son indépendance officielle n’a pour l’heure jamais été proclamée ni votée.

PVT-Taiwan-Siraya PVT-Taiwan-Nanao

PVT-Taiwan-Dome-of-Light PVT-Taiwan-Temple