Conduire en Australie et en Nouvelle Zélande est facile

Conduire en Australie et en Nouvelle-Zélande : facile ou risqué ?

Avoir une voiture ou un van est sûrement le meilleur moyen de se déplacer pendant son Working Holiday. De quoi bénéficier d’une liberté totale pour aller où bon vous semble et faire ce qu’il vous plaît. Mais voilà, si vous venez à peine d’avoir votre permis ou si vous craignez conduire, est-ce risqué de s’embarquer dans pareil aventure ?

Vous souhaitez arpenter les routes de Nouvelle-Zélande ou d’Australie pendant votre VVT ? Très bonne idée ! Première chose à savoir, les Australiens comme les Néo-Zélandais conduisent à gauche. Conseil donc : ne pas démarrer dans une ville animée à l’heure de pointe si vous n’êtes pas habitué à conduire avec le volant côté droit… ni à la priorité à gauche. Préférez plutôt un endroit calme où vous pourrez vous habituer à tourner dans le mauvais sens. Vous trouverez peut-être étrange au départ d’être assis de l’autre côté de la voiture. Tout comme de faire des virages et de voir débouler vos vis-à-vis soudainement du côté inverse. Autant faire ses gammes tranquillement et démarrer dans une situation confortable.

Pour le reste, à la question est-ce dangereux de conduire, inutile d’être alarmant. Le risque 0 n’existe pas, certes, mais aussi bien dans les villes que dans les zones plus reculées, pas de panique ! D’ailleurs, vous roulerez la plupart du temps sur des routes droites, avec peu de trafic. Attention toutefois à quelques éléments perturbateurs comme les roads trains en Australie, ces longs camions roulant à toute allure. Autre « danger », les beaux paysages, oui oui ! Ne prenez aucun risque sur la route, surtout pas en prenant des photos. Conduire de nuit ensuite notamment dans l’Outback australien, n’est pas recommandé. Certains loueurs de véhicules interdisent même la conduite de nuit dans certains Etats en raison des road trains et animaux sauvages attirés par la lumière des phares. Idem en Nouvelle-Zélande, s’il existe moins d’animaux en tout genre, les routes sont tout aussi peu ou pas éclairées.

De manière générale, les axes principaux restent goudronnés et entretenus que ce soit en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Il est ainsi envisageable par exemple d’en faire le tour en restant sur une route en bon état. En dehors de ces voies, les pistes sans bitume sont tout de même relativement fréquentes notamment pour accéder à des parcs nationaux et autres activités, points de vue et aires de camping. Une voiture en bonne état vous évitera dès lors quelques sueurs froides.

Quelques informations pratiques complémentaires

Pour ces deux pays l’âge minimum pour conduire est de 18 ans et, comme en Europe, la vitesse se compte en kilomètre/heure. Si vous souhaitez louer une voiture en Australie, vous devrez avoir 21 ans. Si vous avez moins de 25 ans, la prime sera supérieure aux conducteurs plus expérimentés. Sachez qu’en Australie toujours, dans les villes la limite de vitesse est généralement de 60 kilomètres/heure (la réglementation peut varier d’un Etat à l’autre). En Nouvelle-Zélande, la vitesse maximale autorisée sur autoroute s’élève à 100 kilomètres/heure (il en existe tout de même très peu 😉 ).

Retenez aussi que lorsque vous vous éloignez des grandes villes, les stations essence se font rares, et le prix peut aller jusqu’à doubler dans l’Outback australien. Quoi qu’il en soit, prévoyez TOUJOURS un bidon voire plus pour ne pas tomber en panne. Le coût de l’essence dans ces deux destinations est moins cher qu’en Europe et la plupart des stations-service sont en libre-service. Vous mettez le carburant dans votre voiture et passez à l’intérieur de la station pour payer. Le coût de l’essence change constamment et devient généralement moins cher plus vous vous rapprochez des grandes villes.

Enfin, si vous comptez rester plus de six mois, vous devrez également soit utiliser un permis international en cours de validité, soit obtenir un permis de conduire australien (différent d’un Etat à l’autre). Pour obtenir le permis international, rien de plus simple : il suffit de se rendre dans votre commune et de fournir une photo d’identité récente, votre carte d’identité et votre permis de conduire. Vous obtiendrez le permis en quelques jours. Même si vous n’avez pas l’intention de conduire sur place, il est judicieux d’avoir le permis international en cas d’urgence.

Conseils :

• Rangez-vous sur le côté pour laisser passer un véhicule s’il roule plus vite
• Les stations essences étant rares dans certaines recoins d’Australie, ne vous laissez pas surprendre, partez avec le plein ET au moins un bidon de secours
• Outback : méfiez-vous des petites routes non indiquées sur les cartes, surtout en cas d’intempéries récentes (éventuels passages inondés)
• N’hésitez pas à faire des pauses ou à passer le volant en cas de fatigue !

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez réagir ?
Vous pouvez commenter cet article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.